Pourquoi définir l’hypnose ?

Parce que les préjugés ont la vie dure. En effet, l’hypnose fait malheureusement encore l’objet de beaucoup de fantasmes et de mythes alimentés par l’hypnose de spectacle, le cinéma, la littérature, la science fiction etc.

L’hypnose dont nous allons parler est une hypnose tournée vers la relation d’aide et la thérapie.

Issu du XVIIIème siècle le terme hypnose vient du mot grec “hupnoein” qui signifie s’endormir.  Bien que le terme renvoie à Hypnos le dieu du sommeil Grec (frère de Thanatos), l’Etat Hypnotique n’a rien à voir avec le sommeil, il s’agit d’un état modifié de conscience (EMC), comme le rêve, la transe, la méditation… L’apparente immobilité peut laisser penser au sommeil, cependant, l’Imagerie médicale par résonance magnétique montre que c’est une zone spécifique du cerveau qui s’active sous hypnose. Par exemple, pour le traitement de la douleur par l’hypnose, c’est la zone du cingulum antérieur qui semble activée de manière récurrente.

Ce qu’il est nécessaire de retenir, c’est que chacun de nous expérimente l‘état hypnotique plusieurs fois par jour et il semblerait même qu’il soit utile et nécessaire au maintien de notre équilibre mental. Erickson a appelé “common everyday trance“, la transe commune quotidienne, qui apparaît lorsque nous nous évadons du présent, “dans la lune”, absorbé dans un roman ou un film, en pratiquant notre hobby préféré ou parfois même en conduisant. Nous sortons naturellement de cet état. Non, nous ne restons jamais “bloqué” en transe 🙂 !

Il s’agit bien d’un état normal, propre au règne vivant et récemment identifié par la médecine grâce à une activité particulière unique du cerveau.

C’est en utilisant et en amplifiant ce premier niveau de transe hypnotique légère que nous disposons d’un point de départ pour atteindre l’inconscient. L’objectif sera donc d’approfondir cet état superficiel pour travailler efficacement avec l’inconscient.

Contrairement à ce qui peut être véhiculé dans les fictions, la personne en un état hypnotique garde son libre arbitre et ne perd pas conscience.

Comme chacun d’entre vous a cette faculté naturelle en lui et donc chacun peut bénéficier des bienfaits de l’hypnose. Toutefois, la façon de ressentir l’état hypnotique est variable d’une personne à une autre.

Même si les résultats sont rapides et que l’on peut traiter un large éventail de problématique, un Praticien en Hypnose n’est pas un magicien !
Plusieurs critères sont à prendre en compte : le degré de maturité du patient (prêt ou pas au changement), la motivation, la réceptivité et sa confiance en la pratique ainsi que la maîtrise du praticien. En effet, la réussite en thérapie passe aussi par la qualité du rapport créé entre le thérapeute et son patient. On parle d’alliance thérapeutique.

Un peu d’histoire :

On trouve les premières traces écrites de soin par la parole datant d’il y a plus de 6000 ans ! En Mésopotamie, où les sumériens pratiquaient déjà l’accompagnement par la parole. Un manuscrit cunéiforme décrit des guérisons obtenues grâce aux états modifiés de conscience. Les trois états de transe hypnotiques (re) découverts au 19ème siècle par Charcot y sont déjà mentionnés.

Il y a 3 000 ans, en Egypte sous Ramsès II, 20ème dynastie nous avons la description d’une séance d’hypnose sur stèle découverte par Musès en 1972.

Socrate, il y a 2 450 ans, explique que parler aux gens d’une voix terne, les met en état de réceptivité, d’ouverture d’esprit. C’est le « terpnos logos ». Socrate se décrit comme un « accoucheur d’âmes ». Comme l’un de ses contemporains, Antiphon d’Athènes, dont le frontspice de sa maison annonce qu’il a le pouvoir de « guérir avec les mots ».

Nous savons aujourd’hui que les druides, prêtres et chamans ont des coutumes de soins et des rituels qui incorporent certains éléments de notre hypnose thérapeutique moderne.

Au IIIème siècle en Egypte un manuscrit (traduit et publié par Emil Brugsch en 1893 relate l’existence de « temples du sommeil » où les gens sont mystérieusement soignés …. Les prêtres de ces temples parlaient à l’oreille de leurs patients assoupis, leur offrant de « douces paroles guérissantes ».

En 1529, Paracelse, médecin et alchimiste suisse livre les premières données scientifiques sur le magnétisme anima, comme le nommera Mesmer plus tard.

Il est généralement admis que l’histoire de l’hypnose commence au XVIIIème siècle avec le médecin Franz Anton Mesmer et le magnétisme animal utilisé à partir de 1773.

Pour en savoir plus, vous trouverez ici :  Histoire de l’hypnose de Wikipédia en français (auteurs)

La forme moderne de l’hypnose est issue des travaux de Milton Erickson (1901-1980) psychiatre américain qui a passé sa vie a étudier l’hypnose. Il permet à la discipline de vivre une véritable renaissance. En effet, l’hypnose classique correspond à des méthodes anciennes plus autoritaires et directives du type “Dormez je le veux”

Milton Erickson préconise une démarche plus souple. Durant toute sa vie, Il a combattu les dogmes sur le plan théorique en leur préférant une approche sur-mesure correspondant aux besoins singuliers du sujet.

Il considère que le plus important est l’observation accrue du patient avec la lecture de son inconscient. Il croit en ses vertus bénéfiques, contrairement à  une part de la psychanalyse qui y voit un réservoir de pulsions menaçantes.

Citation Milton Erickson hypnose
Citation Milton Erickson

Le thérapeute opère comme un guide du patient. Il le conduit à trouver en lui des ressources insoupçonnées.

Vous savez beaucoup plus de choses que vous savez que vous savez“.  Milton Erickson

L’inconscient révèle les potentialités, autant au patient qu’au thérapeute qui y trouvera souvent les réponses adéquates pour les problèmes rencontrés.

L’hypnose Ericksonnienne connaît un développement de plus en plus important en étant ouverte aux innovations (PNL, thérapie brèves TCC etc.)

 

Définition de l’hypnose

La transe hypnotique est un mode de fonctionnement qui implique les niveaux conscient et inconscient.

C’est l’inconscient qui règle notre métabolisme sans que le conscient intervienne, comme pour la respiration, la pousse des cheveux, le rythme cardiaque etc.

Il agit aussi dans nos mécanismes psychiques. C’est cette part qui intercède dans nos apprentissages notre mémoire, nos sens. Il agit comme un filtre en laissant passé qu’une partie de l’information vers le conscient. Il est le siège de nos automatismes et nos expériences passées.

Il a également une fonction de préservation et de protections tant sur le plan corporel que psychique. Il peut mettre en place des mécanismes de défense comme l’amnésie, ou générer des prises de conscience. Ce qui confirme que même en état d’hypnose, l’inconscient étant toujours présent, il est garant de la sécurité du sujet et refuse tout ce qui peut porter lui atteinte.

L’hypnose peut intervenir alors pour étendre le champ d’action du conscient et lui donner accès à des mécanismes plus profonds du psychisme qui restent habituellement hors de sa portée. Kévin Finel

la partie inconsciente partie immergée de l'iceberg en hypnose

Il existe plusieurs niveaux de profondeur de transe.

Selon Milton Erickson, la transe profonde permet aux sujets de fonctionner convenablement et directement à un niveau inconscient sans interférence de la conscience.

On distingue différentes catégories de transe:

– La rêverie de tous les jours, Milton Erickson parle de « transe spontanée quotidienne » (« common everyday transe »). Le sujet a les yeux dans le vide, le corps en totalité ou partiellement immobile, perte de contact avec la réalité.

– La transe hypnotique (elle équivaut à la précédente amplifiée),

 La transe somnambulique (hypnose de théâtre).

 Hyper-absorption dans une tâche (concentration).

 

Voici une définition de l’hypnose du Grand Dictionnaire de la Psychologie Larousse :

« Etat modifié de conscience transitoire et artificiel provoqué par la suggestion d’une autre personne, dite « hypnotiseur’, caractérisé par une susceptibilité accrue à l’influence de ce dernier et un amoindrissement de la réceptivité aux autres influences. »

Cependant, au sujet du phénomène hypnotique, les praticiens disent volontiers qu‘il y a, non pas une, mais plusieurs hypnoses : 

Milton Erickson: 
“L’hypnose est un mode de fonctionnement psychologique dans lequel le sujet se détache de son environnement pour fonctionner à un niveau inconscient.”

Chertok : 
“L’état hypnotique est un état modifié de conscience (EMC), à la faveur duquel l’opérateur peut provoquer des distorsions au niveau de la volition*, de la mémoire et des perceptions sensorielles.”
Pour Chertok, il s’agit d’un quatrième état de l’organisme actuellement non objectivable.
Les autres états étant : l’état de veille, le sommeil et le rêve.

* volition : acte de volonté, évènement par lequel un individu se met en mesure d’agir en vue d’un résultat interne ou externe. La volition, vise à la production d’un changement et se traduit en action.

Jean Godin : 
“Mode de fonctionnement psychologique dans lequel un sujet, grâce à I’ intervention d’une autre personne, parvient à faire abstraction de la réalité environnante, tout en restant en relation avec l’accompagnateur. Ce « débranchement de la réaction d’orientation à la réalité extérieure », qui suppose un certain lâcher-prise, équivaut à une façon originale de fonctionner à laquelle on se réfère comme à un état. Ce mode de fonctionnement particulier fait apparaître des possibilités nouvelles : par exemple des possibilités supplémentaires d’action de l’esprit sur le corps, ou de travail psychologique à un niveau inconscient. Jean Godin (1991)

Bernheim [1840-1919] : 
“L’hypnose est un état de suggestibilité maximum”.

Luc Patry (psychiatre français).
“L’hypnose est une communication humaniste et chaleureuse pour soulager rapidement la souffrance du corps et de l’esprit”.

Toutefois pour passer de l’état ordinaire à l’état hypnotique, il est nécessaire de passé par une phase d’induction qui est un procédé qui permet de mettre à distance le conscient et d’entrer dans l’état hypnotique.

Une fois l’état hypnotique atteint, il sera possible de travailler sur la problématique du sujet en lui adressant des suggestions qui sont autant de petites graines plantées pour la mise en place de solutions, de comportement et de changement significatifs allant dans le sens de son objectif.

 

 L’auto-hypnose 

 

Phénomène équivalent à l’hypnose mais obtenu sans l’aide d’un opérateur ou d’un hypnopraticien.
Cette capacité s’apprend et se perfectionne. Dans une démarche de développement personnel l’auto-hypnose rend accessible le changement de comportements, le dépassement de blocages, la capacité d’utiliser de façon optimale ses ressources aussi bien pour soi que en communicant avec les autres. 

Cette technique permet de contrôler son inconscient et son cerveau afin de dépasser ses limites. On distingue :

– L’autohypnose primaire: mécanisme naturel de type rêverie plus ou moins intense.

– L’autohypnose secondaire se produit à la suite d’une séance d’hypnose au cours de laquelle l’opérateur a suggéré cette possibilité de réinduction.

– Hyper absorption dans une tâche (concentration), ex télévision.
Induction

Comment l’hypnose agit-elle ?

 L’hypnose va permettre deux grandes actions :

– accroître l’action de l’esprit sur le corps.

– augmentation des fonctionnements inconscients.

⇒L’hypnose va amplifier l’action de l’esprit sur le corps:

Nous savons tous que le corps agit sur l’esprit soit dans le sens de la guérison (effet placebo), soit dans le sens de la maladie (maladie psychosomatique).

image l'hypnose agit sur le corps et l'esprit Photo Stockvault

Cette action de l’hypnose va particulièrement intéresser le corps médical. En effet, le corps et l’esprit étant une seule et même entité.

Comme nous l’avons vu plus haut, l’inconscient gère les processus biologiques. Ces actions de notre corps sont programmés indépendamment de notre volonté consciente. L’inconscient s’occupe de nos défenses immunitaires, de la digestion de la cicatrisation ce qui permet d’agir sur le physique. C’est grâce à cela que les médecins peuvent mettre en place une anesthésie hypnotique.

De nombreuses études ont démontré les effets de l’hypnose sur le physique et dans le passé grâce au Professeur Berhneim, Liébault, Bramwell ou encore Schulz notament sur un champ de pathologies larges et variés. 

Aujourd’hui de nombreuses opérations chirurgicales sont réalisées sous anesthésie hypnotique avec de très bons résultats.

 

Exemple d’une expérience :

Milton Erickson comme Léon Chertok étaient des médecins cherchant à travers leurs expériences à rationaliser les phénomènes hypnotiques.

Le Docteur Chertok applique une pièce de monnaie froide sur la peau d’un sujet et suggère sous hypnose que la pièce est brûlante. Le patient va présenter tous les symptômes d’une brulure à l’endroit de l’application de la pièce.

 

A contrario, il est donc possible de guérir une brûlure grâce à l’hypnose, c’est en fait déjà le cas dans certains services de grands brûlés qui font appel à  des hypnothérapeutes.

⇒L’hypnose va amplifier le fonctionnement inconscient:

Toute l’histoire de la psychanalyse (freudienne ou non) et de la psychologie montre à quel point nous sommes guidés par notre inconscient.

L’hypnose va agir en augmentant le fonctionnement de l’inconscient, encore faut-il que cette action soit réalisée de façon ciblée. Cette action de l’hypnose va particulièrement intéresser les psychiatres, psychologues et psychothérapeutes.

En effet, l’inconscient dispose d’une autre fonction : la genèse des croyances.
Une croyance étant une lecture de la réalité qui ne procède que d’une perception ou d’une information extérieure. Ces croyances viennent du vécu personnel, soit des idées véhiculées par l’entourage.

Une fois installée, ces croyances sont solides et pérennes. Il existe deux principaux types de croyances : les croyances utiles qui vont dans le sens du développement de la personne et les croyances limitantes contre-productives qui sont des freins, justifiant le renoncement et l’échec.

La connaissance de l’auto-hypnose permet de réapproprier les processus inconscients afin de pouvoir effectuer des choix libres.

 

Les applications de l’hypnose.

L’hypnose mobilise notre capacité de guérison (système immunitaire, système psychique, résilience) en agissant au niveau de l’inconscient.

L’être humain est doté de capacité de défenses et de réparations considérables. Ces capacités sont augmentées lorsque l’espoir et la croyance totale en la guérison sont boostées.

Sur le plan éthique, L’hypnose ne peut pas et ne doit pas se substituer aux traitements médicamenteux ou à l’écoute dans le cadre d’un suivi psychologique.

L’hypnose permet d’obtenir d’excellents résultats notamment pour :
  • L’arrêt du tabac
  • Le traitement du surpoids
  • le traitement des insomnies
  • traitement de la douleur chronique
  • image dévalorisée de soi : confiance et estime de soi
  • phobies
  • burn-out
  • addictions
  • anxiété, angoisse
  • stress

Il s’agit une liste non exhaustive.

D’autres applications de l’hypnose : 

⇒Il est possible d’apprendre des langues sous hypnose avec Bertrand Millet de Fast n’Fluent.

photo Bertrand Millet hypnose fast n'fluent
Fast n’fluent de Bertrand Millet

Hacker les langues avec l’hypnose
C’est sûrement la première formation qui utilise cette technique : l’auto-hypnose. Bertrand vous enseignera comment booster votre apprentissage grâce à l’hypnose que vous pourrez réaliser sur vous-même à domicile.

 

 

“L’hypnose permet donc de travailler sur les compétences inconscientes du cerveau comme modifier une croyance limitante, booster la motivation… En travaillant sur ces compétences indirectes, le processus d’apprentissage est facilité.

Il ajoute que “L’hypnose n’est donc pas une méthode miracle (…) mais elle peut agir sur vos blocages inconscients en les éliminant ou tout au moins les atténuer.”

Je vous invite à lire l’article de Bertrand Millet  : “Apprendre une langue sous hypnose : Rêve ou Réalité ?”

⇒Vous pouvez également assister à un concert sous hypnose® :

En voici la présentation :

Accompagné d’un batteur et d’un pianiste, Geoffrey Secco propose un jazz atmosphérique et voyageur inspiré des grands espaces Australiens. Il mêle sax et hypnose pour inviter le public dans un monde de perceptions nouvelles et intenses. Un monde intérieur où chacun découvrira sa propre légende personnelle.
Quel est votre rêve ? Et si pendant ce concert sous hypnose, il était possible de vous connecter à vos ressources inconscientes, qu’en serait-il de votre vie ?

affiche concert sous hypnose
Concert sous hypnose de Goeffrey Secco

Geoffrey Secco : Après des études musicales à la Berklee School of Music, le saxophoniste multiplie les collaborations : Charles Aznavour, Robbie Williams, Tony Allen, Manu Dibango, Yannick Noah et beaucoup d’autres.

En 2010, il apprend la clarinette en 15 jours grâce à l’auto-hypnose et réussit l’audition pour la tournée de Patricia Kaas…

Il se passionne alors pour le développement personnel, et se forme aux médecines traditionnelles chinoises et quantique. Il pratique la méditation et le yoga. Toutes ces disciplines dont la vibration est essentielle, alimentent sa créativité musicale, et influenceront ses albums “Jam with the electro” (2009) et “Element of sun” (2014).

En 2015, il a l’intuition de réunir musique et hypnose, et part au Pérou pour découvrir le chamanisme amazonien qui pourrait se rapprocher d’un tel concept.

A son retour, il crée les premiers concerts sous hypnose en invitant les hypnotiseurs : Jean Doridot, Fabien Malgrand puis Kévin Finel avec qui il se forme depuis 2016.

 

Source :

 

 

 

 

Si cet article vous a plu, partagez !
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.